Repentigny : six ans de pénitencier pour avoir violé sa soeur

Courtoisie

Un sexagénaire, qui a violé sa sœur durant plusieurs années, à Repentigny, a pris le chemin du pénitencier, le 27 novembre.

Le juge François Landry s’est rendu du côté de la suggestion de la Couronne qui avait réclamé une peine de six ans de pénitencier. L’avocat de l’accusé, Me Claude Ducharme, estimait pour sa part, qu’une peine entre deux et trois ans d’incarcération pourrait s’appliquer dans ce dossier.

« Les gestes commis par l’accusé sont sérieux. Il a violé sa sœur en plus de commettre plusieurs gestes de nature sexuelle. La vie de la victime n’a jamais été facile par la suite», a commenté le juge Landry en prononçant la peine.

Au terme de son procès qui a eu lieu au palais de justice de Joliette, l’homme, maintenant âgé de 63 ans et qu’on ne peut identifier en vertu d’une ordonnance de non publication afin de protéger l’identité la victime, avait été déclaré coupable de viol, d’attentat à la pudeur et d’agression sexuelle.

La victime était âgée de 12 ans lorsque les agressions ont commencées. Les gestes ont été commis sur une période de plus de 13 ans entre octobre 1975 et décembre 1988 à Repentigny. L’accusé était également mineur lorsqu’il a commencé à agresser sa sœur.

Au début, l’accusé prenait les seins et les fesses de la victime alors que celle-ci était dans sa chambre. Lorsque l’accusé a atteint sa majorité, il a commencé à fréquenter les bars les fins de semaine.

« Il revenait souvent en état d’ébriété, se déshabillait et se rendait dans la chambre de sa sœur, s’allongeait sur elle en faisant des mouvements de va et vient jusqu’à l’éjaculation », a relaté le juge dans sa décision.

L’accusé lui disait de ne pas en parler. Les agressions se sont poursuivies jusqu’à ce que la victime ait 15 ans et demi. Un jour, la victime a voulu se suicider en se rendant sur un viaduc à Repentigny. Après avoir été sauvée par les policiers, elle mentionne à un enquêteur de Repentigny subir des abus sexuels de son frère, depuis plusieurs années. Une rencontre avec l’accusé, la victime et sa mère se termine sans qu’il y ait judiciarisation du dossier. La victime n’a jamais eu le soutien de sa mère qui ne la croyait pas.

Suite au viol, toutes les agressions ont changé. L’accusé a commis plus attouchements à sa sœur dans la maison lorsque les deux se retrouvaient seuls.  Les gestes ont arrêté lorsque la victime a eu 26 ans environ.

Aujourd’hui, la victime qui est aujourd’hui âgée de 57 ans, a eu de nombreuses conséquences suite aux gestes. Peur, stress, cauchemars, angoisse, liens affectifs altérés, sexualité difficile, difficulté à dormir et plusieurs  tentatives de suicide ne sont que quelque unes de ces conséquences.

De son côté, l’accusé est sans travail et ne possédait aucun antécédent judiciaire.

Dernières nouvelles:

ENTREPRENEURS...
Annoncez-vous localement !

Rejoignez les résidents de Terrebonne, Mascouche, Repentigny...
65,000 utilisateurs en août !

450.755.3515